Paroles de pro

Rahimsky : passionné par la maçonnerie

Après s’être essayé dans différentes filières professionnelles, c’est finalement dans la construction que Rahimsky Yattara a trouvé sa place. La maçonnerie est plus qu’un métier : une passion ! 

À seulement 19 ans, le jeune homme est déjà expert et passionné par son métier.
Ce qu’il préfère, c’est le sentiment d’utilité que lui procure son travail et les liens qu’il tisse au fil de ses journées : des liens avec les clients, mais aussi avec les équipes !

CECI VOUS INTÉRESSERA AUSSI

De l’innovation au quotidien

Aujourd’hui, l’innovation est partout ! Et la construction ne fait pas exception, bien au contraire, comme en témoigne Christian

Transmettre sa passion

La construction est une affaire de professionnels, qui se forment.

Un métier, une passion

Couvreur de formation, passionné par son métier, Antoine Saint s’est pris au jeu de la compétition. Et il a eu raison !

Plus qu’un métier, une passion

Pour certains, travailler dans le bâtiment relève d’un rêve d’enfant, comme pour Virginie, directrice de travaux

La construction, chacun fait son chemin

Sébastien est aujourd’hui un chef d’entreprise heureux. De formation littéraire, il a commencé dans la construction pour payer ses études

Entrepreneur dans l’âme

La construction est à l’image de la société : connectée et portée sur les nouvelles technologies.

La construction, c’est du concret

Demandez à n’importe quel professionnel de la construction : son métier, c’est du concret !

Transmettre son savoir

La construction, ce sont des métiers qui requièrent un savoir-faire concret avec la maîtrise de gestes professionnels, qui font appel à la précision et au sens de l’organisation.

Un avenir dans la plomberie

Pour John, la construction offre l’assurance d’avoir un travail. Il s’est aussi découvert une passion pour son métier.

En peinture, des solutions pour l’environnement

Pour la construction, l’écologie et le développement durable, c’est du concret

L’apprentissage, la clé de la réussite

Chaque année, à l’instar de Caroline, près de 71000 jeunes se forment à un métier de la construction grâce à l’apprentissage.