Contactez-nous

Une campagne organisée par le CCCA-BTP, mobilisé avec les professionnels de la construction.

Suivez-nous :

Adrien Chenu, 21 ans

Partager

« La charpente, c’est génétique »

 

Mon père est charpentier, je suis la 5e génération ; la charpente, c’est génétique ! Je ne me suis pas trop posé de question, j’ai travaillé avec lui dès l’âge de 14 ans, et dès la fin de ma 3e, je suis parti en apprentissage en CAP, puis en BP charpente. J’aime le travail du bois, être en hauteur, et le maniement des charges lourdes avec des engins de levage. Se former par alternance est selon moi la meilleure voie, Nous recevons à la fois des bases théoriques et un savoir-faire pratique. À la fin de la formation, nous sommes directement opérationnels quand une entreprise nous embauche.

En ce qui concerne l’épreuve, je suis content du travail accompli. Cela m’a fait plaisir à la fin de voir toutes les maquettes levées. Je me dis que j’aurais dû m’entraîner davantage. Mais je vais tout donner pour les finales. Cette épreuve a révélé mes points faibles. J’ai commis beaucoup d’erreurs d’inattention au niveau de l’épure. Quand je me suis aperçu que j’avais raté une découpe, je me suis dit à un moment « c’est mort », mais j’ai essayé de rester calme et serein, sans trop stresser pour éviter de faire d’autres erreurs. J’aime bien le tracé, l’épure, ça faisait un moment que je n’en avais pas fait… À ce stade de la compétition, il faut ne faut pas hésiter dans le trait de charpente. Cette compétition, c’est aussi de bons moments passés avec les autres candidats, on échange et on décompresse ensemble.